10 rue de l'Église, Ste-Thérèse, QC, J7E 3L1  -  450-435-9515

ÉCOLOGIE

Écologie selon Dieu = L'écologie humaine d'abord

Car au fleuve de boue du mal qui se répand dans le monde,

Dieu oppose le fleuve de la sainteté des enfants de Dieu.

L'écologie, perspective catholique.  Par Robin Dancause
 
Le pape François invite tous les catholiques et toutes les personnes de bonne volonté à intégrer le souci de l'ensemble de la planète au coeur de leur vie.  Cela se justifie dans la perspective de la Doctrine Sociale de l'Église catholique qui valorise le BIEN COMMUN tout autant que le principe de SUBSIDIARITÉ, etc...  Évidemment, la perspective catholique est à mille lieux de la vision écologiste-ésotérique de beaucoup de tenants du mouvement écologique contemporains qui ne voient en l'être humain rien de plus qu'un animal de plus dans le système global de la Terre Mère Gaïa alors que les chrétiens savent que l'être humain est à la fois le sommet de la Création et à la fois le Gardien de cette même Création.  
 
Il y a une forte tendance mondialiste actuellement qui veut faire passer l'homme pour le pire danger de la planète.  On en vient à diaboliser l'être humain, et en même temps il y a un courant d'humanisation des animaux, qui convergent tous les deux pour nier à l'être humain son droit d'être reconnu comme la plus grande merveille de la Création.  Du point de vue des catholiques, le problème ce n'est pas l'être humain, c'est le péché dans l'être humain qui est le problème.  L'être humain peut devenir un sommet de sainteté ou un abîme de péché.  Il y a en l'être humain un continuel combat entre le BIEN et le MAL qui habite déjà son propre coeur.  Il lui faut, autant pour lui-même que pour la sauvegarde de la Création, travailler d'abord son propre coeur en accueillant le projet de Dieu qui lui demande de vivre une vie de sainteté.  Cela implique à la fois l'accueil du Don de Dieu, la lutte contre ses propres tendances au péché et le développement d'une vie morale solidement enracinée dans la Parole de Dieu, dans l'enseignement de l'Église qui interprète de manière contemporaine cette même Parole.  Il faut aussi laisser à l'Esprit Saint la place qui lui revient, soit celle d'être l'inspirateur divin qui guide nos vies, pas à pas, afin que tout en nous soit vécu dans la synergie avec Dieu et sa Volonté qui est toujours juste et bonne.  Le grave problème, c'est que les êtres humains se détournent de LUI, par ignorance ou par obstination,  et s'entêtent à suivre les chemins de leurs propres coeurs égarés dans les plaisirs et enténébrés par le relativisme ambiant, qui ne donnent pas le vie, mais qui distraient tout de même un certain temps et nous entraîne à nous embourber dans notre propre médiocrité morale et intellectuelle.   
 
Accepter de reconnaître Dieu comme DIEU, SEIGNEUR, MAITRE et CRÉATEUR, et se reconnaître soi-même comme un être créé, un simple être humain, plein de pauvretés et de limites, est le premier pas de la sagesse, car nul ne s'est fait lui-même.  Ceux qui refusent le Créateur de tout l'univers invisible et de tout l'univers visible, souvent sous prétexte de liberté, le font souvent pour affirmer leur égo et leur liberté qu'ils veulent totale.  Ils ont si peurs de se faire imposer des normes de vies venant de l'extérieur qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils sont soumis aux pulsions égocentriques qui viennent de l'intérieur.  Cette forme de liberté affirmée et revendiqué ressemble plutôt à de l'irresponsabilité et de la complaisance, et parfois même à l'imbécilité d'une vie centrée sur soi-même et livrée aux pulsions égoïstes, édonistes et destructrices qui sourd du fond de l'homme.  Le chrétien ressent aussi cela, il les ressent comme une tentation, mais il sait qu'il doit être maître dans SA maison en orientant ses propres pulsions et passions vers le haut où son horizon s'en trouve élargie. 
 
Le Créateur est Celui qui nous donne la liberté, justement il nous rend responsables de la Création. Une liberté sans responsabilité sur soi, sur les autres, sur la création, ce n'est pas une liberté, c'est un aveuglement sur soi-même et un esclavage, celui des passions.  Jésus, qui est DIEU, parce qu'Il est Fils de DIEU - et cela est possible parce que DIEU est TRINITÉ - a pris notre condition humaine en tout point semblable à nous, excepté le péché, pour justement nous en libérer sur la CROIX. Désormais, nous pouvons être libéré du mal qui nous habite et qui nous ronge grâce à la puissance de la Rédemption opérée sur la CROIX.  Le grand problème, c'est que : Pour que cette libération se réalise dans ta vie, il faut d'abord que tu choisisses d'y croire et que tu choisisses de te mettre en chemin pour accueillir le DON de DIEU dans ta vie et, ainsi, recevoir le Saint-Esprit qui va te guider de libération en libération.  En effet, il faut un OUI initial et fondamental à l'oeuvre de Dieu, et ensuite il faut renouveler ce grand OUI dans des petits OUI plus concrets vécu dans ton quotidien.  La transformation d'un être humain pécheur en être humain sanctifié qui a des comportements sanctifiés est un processus où ta liberté est toujours requise car Dieu ne force personne, jamais, et te demande de devenir responsable de toi-même avant toute chose, responsable de réaliser dans ta vie, son plan d'amour : Ta vocation.  Ensuite, tout le reste se rajoute, sauvegarder la Création etc...  Il y aurait incohérence profonde à lutter pour la protection de la Maison Commune, la Création, tout en ignorant totalement ton appel à la sainteté et ton appel vocationnel.  Jésus est Seigneur et c'est DANS ta vocation, bien discernée, que tout ton être va se déployer comme un oiseau ouvre ses ailes pour s'envoler et enfin accomplir ce pour quoi il est fait, voler.
 
Jésus nous révèle le vrai visage de Dieu en nous révélant qu'il est SON PÈRE avant toute chose, ensuite qu'Il est NOTRE PÈRE, et que c'est dans l'Esprit Saint qu'il nous confirme dans nos dons et nos responsabilités et nous confie son oeuvre créé et son oeuvre de rédemption.  La révélation d'un Dieu Père nous montre que Dieu nous veut libre, responsable, créateur mais en communion avec LUI.  Comme un vrai père, Il nous confirme dans nos dons, nous confie des responsabilités, nous invite à transformer le monde.  Ce visage du Dieu de Miséricorde, Père de toute paternité, est déformé par les écologistes ésotéristes qui nous orientent vers Gaïa la Terre Mère et nous font croire que le Dieu qui se dit Créateur est un dictateur.  Cela est dû à l'influence du féminisme radical qui voit dans le mâle un danger et dans la paternité une dictature et un abus. C'est très malsain. Le probème c'est l'incompréhension du fait qu'une saine paternité c'est la conjugaison d'une force et d'une intention bonne qui a pour objectif de rendre l'autre autonome.  Le Créateur a tellement confiance en toi qu'il te délègue la tâche de t'occuper de la Création d'une manière responsable.  C'est pour cela qu'il te laisse libre, afin que tu assumes ta liberté et apprenne à l'utiliser pour le BIEN.  En fait, une liberté qui fait le mal devient une fausse liberté car le mal rend esclave de lui alors que le BIEN libère. Ainsi, le seul espace de la liberté c'est le BIEN.  Ceux qui font le mal sont esclaves du mal.  C'est normal car seul Dieu peut s'approcher du mal sans en être atteint.  Mais comme le sens du BIEN et du MAL - qu'on appelle LA CONSCIENCE - dans l'être humain est souvent émoussé par un relativisme qui s'impose à lui par le matracage médiatique et les idéologies des centres de savoir, nous finissons par vivre dans une l'ambiance étouffante de la DICTATURE DU RELATIVISME.   En effet, celle-ci est l'un des pire ennemi de l'intelligence humaine qui est faite pour la Vérité.  Le relativisme fuit la vérité et la dictature du relativisme impose comme norme universelle le refus de la vérité.  Dans beaucoup de films pour adolescents et jeunes adultes, par exemple, on fait passer l'idée que le Bien et le Mal n'existent pas, que tout ce qui existe c'est des choix qui te conduisent dans le camp des forts ou des faibles.  Le message est clair.  Et très souvent on voit des personnages chrétiens totalement débiles, plein de haines et de méchancetés, ce qui laissent penser que c'est ce que sont tous les chrétiens alors que ce qui a toujours caractérisés les chrétiens c'est l'amour fraternel, le secours des opprimés et des souffrants, le pardon des offenses et non la vengeance et le meurtre.  Lorsque des peuples entiers sombrent dans cette dictature du relativisme, ils perdent leurs points de repères pour juger de la réalité.  Ils sont alors facilement manipulables, en particulier par les mass médias - qui servent principalement à formater une pensée unique au lieu de nous informer.
 
Le Créateur te confie sa Création, c'est gros comme confiance et comme sens de respect de la liberté qui t'est donné dans cette gérance.  Alors que la régression du retour vers le paganisme de la Terre-Mère prépare une future dictature où l'être humain ne sera plus qu'un animal sans valeur puisque considéré comme un vivant parmi les autres et n'ayant pas de valeur supérieur au reste de la Création.  Pour les écologistes-ésotéristes c'est Elle-Même qui devient l'être supérieur à protéger.  La Terre-Mère, Gaïa, mérite tous les sacrifices pour survivre et comme tout organisme humain elle doit se réparer.  Souvenez-vous que les peuples qui adoraient la Terre-Mère ont fini par faire des sacrifices humains comme les Aztèques, les Mayas et les Incas.   Le christianisme a amené aux êtres humains la conscience du caractère sacré de la vie humaine et l'interdiction de tuer.  Évidemment, les chrétiens de certaines époques n'ont pas appliqué cela, comme les conquistadors espagnols et portugais qui conquirent le continent Américains.  Mais justement, ils étaient mus par le désir de l'or et Jésus dit justement dans l'Évangile qu'on ne peut pas servir deux maîtres à la fois, Dieu et l'argent, car on haïs l'un et aime l'autre ou bien on s'attache à l'un et on méprise l'autre.  Les conquistadors étaient esclaves de l'argent, ils ne servaient donc pas Dieu même s'ils l'ont fait croire. De tous les temps les hommes de pouvoirs cherchent à utiliser les religions pour piller et dominer.  
 
Or, dans la compréhension chrétienne de l'être humain, celui-ci est SACRÉ car créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, sa Vie est SACRÉE, sa Liberté est SACRÉE, son Identité Sexuelle à la naissance est SACRÉE, et il doit être protégé, défendu, soigné, éduqué, encouragé à l'autonomie et à l'entrepreneuriat, encouragé à la responsabilité envers sa famille, etc...  Mais aussi : Dieu est SACRÉ, et la Volonté de Dieu est SACRÉ, et l'homme, qui est fait pour vivre dans la Volonté de Dieu ne peut que sombrer dans l'erreur s'il vit en dehors de la Grâce de Dieu, qui consiste en la Présence du Saint-Esprit dans l'âme qui lui fait réaliser des oeuvres de grâce.  Ainsi, bien que sa liberté soit sacré, Dieu la respecte infiniment plus que ceux qui veulent affranchir l'homme de toutes limites à une supposée liberté auto-affirmée.  Là est la preuve de son amour infini.  Mais en même temps, bien qu'Il respecte infiniment notre liberté SACRÉE, même lorsque nous l'aliénons nous-mêmes, Dieu nous invite à intégrer et assumer notre liberté EN LUI, AVEC LUI, PAR LUI et POUR LUI, car là est le chemin de la libération de notre liberté.  Et lorsqu'on accepte ce chemin de libération de notre liberté, on expérimente et on goûte la VRAIE LIBERTÉ SACRÉE.  Avant cela, nous n'expérimentons qu'une liberté esclave de notre propre égoïsme et nous ne connaissons vraiment rien de la vraie liberté que, pourtant, nous revendiquons.  L'humilité semble donc la vertu et le chemin idéal de la découverte et de la conquête de la VRAIE LIBERTÉ SACRÉE dont le coeur humain a tellement soif.  Et l'on découvre, que c'est une LIBERTÉ de COMMUNION.
 
Ensuite, après avoir accepté que Dieu est CRÉATEUR, accueillir Jésus comme son Sauveur personnel est le pas décisif qui permet d'accueillir la Vie de la Grâce.  Celle-ci n'est pas un sentiment ou un feeling, mais un DON DIVIN qui vient soutenir ta vie humaine dans son processus de transformation progressive en saint et en sainte, car chacun (e) de nous est appelé à être sanctifié, (ou déifié, selon l'expression propre de l'orient chrétien, et c'est la même chose dont on parle), par l'Esprit Saint jusqu'à devenir lui-même un DON d'AMOUR pour les autres. Le grand obstacle à ce processus est le péché qui nous habite et notre mauvaise volonté qui refuse de s'accorder à celle de Dieu, qui pourtant ne veut que notre bien et notre bonheur.  Le fondement même du péché dans nos vie consiste à refuser de reconnaître à Dieu son droit d'être la source de notre vie et la source de la morale, c'est-à-dire, qu'on lui refuse son droit d'être Dieu et donc de nous dire qu'est-ce que c'est le Bien et le Mal.  Au lieu de cela, l'esprit de révolte qui jaillit du coeur humain s'auto-affirme comme le seul pouvant décider de la définition du Bien et du Mal, et de faire ce qu'il veut, quand il veut et comme il veut.  Ainsi, cette révolte fondamentale, même si elle est souvent inconsciente, devient le moteur d'une vie de refus de Dieu et de ses commandements de bonté et favorise une vie de péché.  Il faut se souvenir que le péché n'est pas d'abord les excès dans la sexualité, même si ceux-ci en sont la cristallisation visible. Le péché c'est d'abord le refus de Dieu, le rejet de Dieu, considéré comme aliénant alors qu'Il est le seul qui t'aime au point de t'avoir donné ton propre être et ta propre existence.  Il est Celui qui te respecte au point de t'avoir donné une liberté que tu risques de très mal utiliser dans ta vie.  Dieu prend ce beau risque car seule la liberté est garante de la possibilité de vivre l'amour véritable, qui ne peut être qu'Amour de Communion.  Et c'est cet amour véritable qui est l'objectif de Dieu dans le don de notre liberté.  À toi donc de choisir à quoi tu vas user ta liberté : pour t'embourber dans un esprit de révolte et de désobéissance ou bien pour te transformer, comme la chrysalide en papillon, en homme ou en femme debout qui fait constamment le BIEN et qui fait de sa vie une oeuvre de bonté réussi.
 
Les catholiques parlent maintenant d'ÉCOLOGIE HUMAINE et d'ÉCOLOGIE INTÉGRALE.  Dans les prochains mois pourraient se développer au FRIGO des projets écologiques catholiques surprenants, cela tiendra à l'implication des jeunes. Nous avons beaucoup à apprendre des agriculteurs innovateurs, même si parfois ils évolent avec un paradigme spirituel ésotérique, car leur pratique de l'agriculture biologique est souvent remarquable.  (Évidemment, je ne parle pas ici de ceux qui allient agriculture biologique avec pratiques occultes et sataniques.)  Au lieu de lutter contre les changements climatiques, ce qui ne servira à rien, il nous faut encourager un changement de paradigme de l'agriculture dont voici ici un modèle exceptionnel.  Pour le moment, je vous laisse avec cette vidéo qui valorise ce modèle d'agriculture et qui m'apparait correspondre à une VRAI SOLUTION pour aujourd'hui.  Mais cette vidéo ne doit pas avoir comme effet d'éveiller en nous une accusation des agriculteurs qui ne vivent pas cela, ils sont les premières victimes des mensonges des gouvernements et cie internationales de toutes sortes. L'éveil à un nouveau paradigme doit nous faire changer nous-mêmes... Changer les paradigme de l'agriculture pourraient revitaliser la terre.

Vous trouverez donc ici des liens avec des personnes, groupes ou organismes que nous avons ciblés comme modèles sur l'un ou l'autre domaine mais qui ne partagent pas nécessairement avec nous notre foi catholique etc...

Expériences terrains

Liens intéressants :

Association Limite               Union Paysanne                  Écologie Humaine